©F.Longueville.ODyC

Alors efficaces ?!

Ils sont toujours là à interroger le promeneur du dimanche, même s’il s’est habitué à ces grands sacs de géotextile perpendiculaires à la marche. Mais servent-ils à quelque chose ?

L’enjeu de l’installation de ces intrigants boudins était de stabiliser la plage par la méthode douce, c’est à dire empêcher son érosion lorsque le banc de vase ne protège plus l’évasion du sable de l’anse.

Dans le cadre de l’Observatoire de la dynamique côtière de Guyane, les boudins Stabiplages® sont suivis par les scientifiques du BRGM qui cherchent à estimer les impacts de l’ouvrage sur le fonctionnement naturel de la plage et en déduire son efficacité.

Les spécialistes mesurent les volumes de sable déplacés d’une année sur l’autre, grâce à un modèle numérique de terrain (MNT)[1] , élaboré à partir d’images drone acquises par différents prestataires. Ce levé est réalisé en complément des mesures effectuées sur l’ensemble de la plage : profil de plage, granulométrie.

Image satellite Sentinel 2 octobre 2018

Les déplacements du sable sont étroitement liés à la position des bancs de vase. Actuellement cette position sur le littoral de l’île de Cayenne est observable à l’aide des images du satellite Sentinel 2. Au large de Rémire-Montjoly, le banc de vase se déplace d’Est en Ouest sous l’action de la dérive littorale et met l’anse de Montjoly en situation d’envasement comme chaque usager de la plage le sait.

A droite vu du ciel, environ 16 000 m3 de sable cumulé contre 7 000m3 de sable érodé à gauche des stabiplages® !

Les MNT réalisés entre septembre 2017 et septembre 2018 montrent qu’à l’Est des boudins, en amont de la dérive littorale, le sable s’accumule. En revanche, au-delà du dispositif en aval de la dérive littorale, la plage s’érode.

Ainsi actuellement les boudins remplissent leur rôle de frein au transit du sable d’Est en Ouest de la dérive littorale. Mais compte tenu de la dynamique intense de la plage en fonction de la présence ou non du banc de vase, il est nécessaire de prolonger le suivi des évolutions pour conclure sur leur efficacité dans le temps.

Les équipes continueront donc à suivre le fonctionnement des stabiplages dans des conditions différentes : en l’absence de banc de vase, en période d’interbanc ou encore lors du phénomène de rotation de plage._


[1] Un Modèle Numérique de Terrain (MNT) est une représentation 3D de la surface du sol.