Embouchure de l’Amazone, avril 2008. ©NASA, 2008

En passant par l’Amazone

Le fleuve Amazone est au cœur d’un énorme système de décharge de terre des Andes vers le plateau des Guyanes : 600 millions de tonnes de sédiments sont en effet arrachés à la plus longue chaîne de montagnes du monde par an : les Andes. Et sur nos côtes et pour nos yeux non avertis, cela se traduit par des bancs de vase qui, de façon cyclique, s’installent et repartent quelques années plus tard.

Aux yeux des chercheurs franco-brésiliens, le système entre fleuve Amazone et océan Atlantique constitue un espace insolite de dispersion de sédiments créant les spécificités du littoral des Guyanes. Et ce littoral, qui s’étend du sud de l’embouchure de l’Amazone au Venezuela, fournit une diversité de paysages côtiers. L’étude de ses paysages à différentes échelles ainsi que les phénomènes à l’œuvre dans leur façonnage sont le résultat d’études menées depuis une trentaine d’année par des équipes brésiliennes et françaises.

Un article de synthèse vient d’être publié[1], en français et en portugais. Récapitulant 30 années de recherche commune, les auteurs balayent à la fois les nombreux projets de coopération, de part et d’autre de la frontière, insistent sur l’importance de l’imagerie satellitaire pour comprendre ce système et donnent une idée du nombre impressionnant d’articles scientifiques nécessaires pour une compréhension parcellaire et globale de l’embouchure de l’Amazone.

Ce que nous apprend cet article : l’Amazone draine une région qui représente environ 40 % de l’Amérique du Sud, la zone estuarienne commence à Obidos soit à 850 km de l’océan et la masse moyenne d’un banc de vase est de l’ordre de deux milliards de m3 (soit l’équivalent de 800 000 piscines olympiques)… L’article identifie aussi les différentes contraintes jouant dans ce vaste ensemble et susceptibles d’évoluer dans un contexte global de changement climatique : le Front intertropical de convergence, les courants océaniques de surface et le système de dispersion de l’Amazone en mer. Une leçon de choses bien intéressante !

 Illustration : embouchure de l’Amazone, avril 2008. ©NASA, 2008
[1]  L’article scientifique est en accès libre en ligne :
T. R. C. Prost et Al. (2017) L’embouchure de l'Amazone, macro-frontière géomorphologique : enseignements de 30 années de recherches franco-brésiliennes sur les systèmes côtiers amazoniens. Confins, 33 | 2017