Plastiques et pollution en forêt amazonienne

Des fourmis ont été collectées dans des zones isolées de la forêt guyanaise, ainsi que sur les bords de route et en villes, et la présence de « phtalates » recherchée sur leur cuticule. Composés chimiques utilisés comme plastifiants, les phtalates sont des pertubarteurs endocriniens. Ils peuvent être piégés dans les cuticules d’insectes, y compris les fourmis qui ont été reconnues comme étant de bons bioindicateurs pour une telle pollution.

Les chercheurs ont malheureusement eu la confirmation que la pollution aux phtalates est plus importante dans et aux abords des zones urbaines où l’homme utilise des plastiques. L’étude a également conclut que les phtalates sont transportés sur de grandes distances par le vent, ce qui se traduit par une diffusion mondiale : il n’existerait pas de zone «vierge» de ses contaminants.

Lenoir, A., Boulay, R., Dejean, A. et al. Environ Sci Pollut Res (2016) 23: 16865. 
doi: 10.1007 / s11356-016-7141-z