Chasseurs de virus

Quand la taille de la population s’accroît, les besoins en logements, en agriculture ou en routes pour circuler augmentent aussi. Le revers de la médaille est que ces besoins ont des conséquences, en matière d’environnement bien sûr, mais également en termes sanitaires. Ainsi, les « germes », dont les virus, qui circulaient uniquement chez certains animaux en forêt, vont se retrouver subitement au contact des hommes ou d’autres animaux et pouvoir être répandus sur de grandes distances : c’est par exemple le cas du virus Ebola en Afrique.

Une équipe de chercheurs s’intéresse aux virus qui peuvent potentiellement s’avérer dangereux pour les hommes. Le Laboratoire des Interactions Virus Hôtes (LIVH) de l’Institut Pasteur de la Guyane cherche à identifier ces virus, à découvrir les animaux qui les « hébergent » ou les « transmettent » et à comprendre pourquoi et comment les virus sortent de la forêt et, pour certains, infectent l’homme. Cette recherche implique non seulement un travail de terrain afin de capturer les animaux sauvages (rongeurs, marsupiaux, chauve-souris) mais aussi des analyses et études en laboratoire.

Avec 10 ans d’expérience, le LIVH a déjà des résultats à son actif : identification d’un Hantavirus responsable de syndromes cardio-pulmonaires graves et meilleure compréhension de la circulation du virus de la rage, notamment.

Vous souhaitez comprendre comment ces chercheurs s’y prennent pour traquer les virus ? Vous êtes curieux de connaître leurs résultats ? Vous aimeriez les suivre dans leur quotidien ? Ça tombe bien : nous vous embarquons au travers de plusieurs articles tout au long de l’année pour découvrir, observer, comprendre un pan passionnant de la recherche sur notre territoire !